Les Forges de Nay

Le projet mené sur les forges de Nay, à Arthez-d’Asson dans les Pyrénées françaises, part du constat qu’il est impossible d’ouvrir le site des forges, datant du dix-huitième siècle, à la visite. En effet le site est bien trop accidenté et non lisible d’un point technique pour comprendre le fonctionnement industriel.

En collaboration avec la communauté de commune du Pays de Nay qui possède un programme de valorisation de son patrimoine industriel, une association fait vivre le site en remémorant les activités passées. Plus d’infos ici.

Les forges d’Arthez-d’Asson aujourd’hui. Crédit : EPOTEC.

Compte tenu de l’expertise de notre équipe de recherche, un projet scientifique a été mis en place en 2019-2020 pour permettre trouver un moyen pour valoriser ce patrimoine qui a fait, et fait encore, la fierté de la région. Les forges « à la catalane » profitaient en effet de la présence de rivières pour mettre en place un ingénieux système d’admission d’oxygène dans le foyer de la forge, en utilisant l’effet venturi provoqué par une chute d’eau.

Nous avons dès lors procédé à une numérisation du site par lasergrammétrie (en 2018) et photogrammétrie (en 2019). Ces deux phases ont été réalisées en partie par des projets étudiants ou stages ingénieurs de l’Ecole Centrale de Nantes en soutien de notre équipe de recherche. Ces deux campagnes ont été accompagnées d’un repérage architectural (de type archéologie du bâti) afin de commencer à imaginer la restitution de la forge dans son état du dix-huitième siècle.

Numérisation 3D des forges avec le BLK360
Vue globale du site sous la forme d’un nuage de points 3D traité

Puis nous avons mis en oeuvre l’étape d’Archéologie Industrielle Avancée Numérique en croisant les sources historiques primaires et secondaires avec les relevés de terrain et la numérisation 3D. La restitution implique la compréhension des différents flux de matières, énergies et main d’œuvre dans et autour du site. À partir de cela nous pouvons commencer à esquisser le fonctionner du système technique, tant des trompes servant à l’admission de l’oxygène dans le foyer, que du mailh et martinet, outils principaux du forgeron, actionnés par une roue à augets. 

Restitution de la roue à auget actionnant le mailh à partir du relevé. Crédit : EPOTEC/Paul François.

Comme tous les projets EPOTEC, l’objectif de vulgarisation et de médiation est couplé à recherche d’exhaustivité documentaire permettant aux chercheurs comme au grand public d’avoir accès à un état complet de la connaissance concernant l’objet patrimonial.


Voici une première restitution 3D du site :